"L'étranger", di Albert Camus

Appunto inviato da elisaghidini Voto 5

Chiara esposizione dei temi principali dell'opera L'étranger e sintesi della trama: il tutto in un ottimo francese (2 pagine formato doc)

L'ÉTRANGER, Albert Camus (1942)


Résumé général


L'oeuvre, répartie en deux, raconte l'histoire d'un homme d'origine française connu comme Meursault. La mort de sa mère fait commencer la narration et la personalité de Meursault se distingue : il semble qu'il n ‘éprouve aucune émotion pour sa mère, il réfuse d'en voir la dépouille, il doit du café et il fume à côté de la bière. Dans les jours après l'enterrement, Meursault commence une liason avec une femme, Marie, connue à la plage. Marie semble vraiment tombée amoureuse, mais pour Meursault il y a seulement un désir physique.


Meursault pendant une journée à la mer, se retrouve seul sur la plage et les circonstances le portent à tuer un Arabe avec un pistolet. L'arme a été lui donnée par son copain Raymond Sintès, ennemi de l ‘Arabe par une question d'amour. Meursault est imprisonné à cause de son crime. Pendant le long procès, Meursault semble être accusé parce que il ne semble éprouver aucun sentiment pour les événement de sa vie, à partir de la mort de sa mère. Malgré les démarches de son avocat et de ses amis pour témoigner son innocence, les justifications que Meursault donne pour son acte le rendent encore moins croyable et plus ridicule aux yeux des juges. Meursault est condamné à la guillotine. Pendant les jours qu'ils lui restent, il réfuse la visite de l'aumônier et il réalise qu'il veut se délivrer vite de la vie sociale et des rapports avec des êtres qui ne peuvent pas le comprendre.


THEMES PRINCIPAUX 

Le besoin de se justifier


Déjà du début du roman, Meursault raconte les événements avec des môts qui veulent souligner qu'il a fait certains choix parce qu'il n'avait d'autres possibilités. Il utilise souvent « Ce n'est pas de ma faute », même quand il parle de la mort de sa mère : il a peur d'être jugé et il a l'impression que son patron, le directeur de l'asil et les amis de sa mèr vont lui reprocher quelque chose. Ainsi, le lecteur peut comprendre que Meursault se sent faible, comme s'il savait d' être coupable mais il ne voulait pas toute la soin de ses actions (Mettre sa mère à l'asile, n'aller pas lui rendre visite, ne connaitre pas son âge...). En plus, ce besoin retourne pendant le procès, quand il dit qu'il a tué pour la chaleur. Il essaie de se faire comprendre, mais la société se moque de lui et le condamne. A la fin il va comprendre qu'il est aussi indifférent à la comprehension par la société.