Au bonheur des Dames: analisi

Appunto inviato da graziana2
/5

Au bonheur des Dames (Al paradiso delle Signore) di Emile Zola: analisi del testo (1 pagine formato doc)

AU BONHEUR DES DAMES: ANALISI

Francese.

ZolaAu Bonheur des Dames. Au Bonheur des Dames est une écriture d’ Emile Zola, poète naturaliste qui a le but d’analyser et représenter la réalité. Il observe la réalité et à travers l’ écriture les choses s’ animent et devient fantastiques. Il utilise une langage populaire et familière.

Ce roman met en scène le formidable expansion des grands magasins sous le Second Empire qui cause la ruine des petits commerces. Le protagoniste Octave Mouret, parti de rien, se retrouve propriétaire du Bonheur des Dames (un grand magasin). Ayant le sens des affaires et l’ esprit d’entreprise, il ouvre de rayons dans son magasin qui attire une clientèle nombreuse. Ce roman se double aussi d’ un roman d’amour qui raconte l’ histoire sentimentale de Denise, une jeune orpheline montée à Paris pour chercher du travail. Entrée comme vendeuse Au Bonheur des Dames, cette jeune fille pure et honnête, finira chef de rayon et épousera le propriétaire Mouret. Mais la reussis des Grands Magisins crée quelques problèmes au petit commerce de Tissus de Baudu, oncle de Denise, qui perd sa clientèle.  

Emile Zola: biografia

COSA SUCCEDE AL PARADISO DELLE SIGNORE

Ici on assiste à une scène de Théâtre. Les personnages prèsents sont Colomban, Geneviève, Baudu, Denise et Mme Bourdelais. La dernière se rendre au petit commerce de Tissus de Baude, que se trouve en face des Grands Magasins. Elle demande à Colomban, comme expliqué dans la ligne 2, de voir de la flanelle. Mais elle n’est pas convaicue (ligne 8) et Colomban montra une autre étoffe. Zola décrit tous les émotions des personnages, par exemple ligne 3, ligne 6, ligne 10. Successivement Mme Bourdelais demande le coût de l’étoffe et après réponse elle fait un brusque movement et met en comparaison avec le coût de Grand Magisin en face. Baudu à l’exclamation de Mme Bourdelais (ligne 15), intervient très poliment (ligne 18). Ici Zola dècrit la colére de Baudu avec la progression en effet il passe d’une contraction légère sur le visage (ligne 16), à intervenir très poliment (ligne 17), à la bile au visage (ligne 21), à enfin perdre la tête et  dire à Mme Bourdelais d’aller en face (lignes 25/26).  Dans la ligne 30, Zola parle de stupeur, entendu comme stupeur des Baudu (ligne 33) et de lui-même, parce-que comme il dit dans la ligne 31 “…..”. Pour Baudu, Mme Bourdelais devient la fortune qu’il passè a Mouret (ligne 35). Enfin Zola nous fait constater la résignation de Baudu vers le Grand Magasin (ligne 45) et connaissance le nouveau engagement de Denise, il dit dans la ligne 47 “……..”.